Se libérer des troubles associés à l’addiction

soigner l'addiction à l'alcool

Très souvent, il faut faire appel à un organisme de santé spécialisé pour apprendre à se libérer des troubles associés à l’addiction d’alcool. Aujourd’hui, l’arsenal thérapeutique pour lutter contre la dépendance alcoolique n’a jamais été aussi complet. Médicaments, thérapie adaptée, accompagnement au sevrage, période de stabilisation, autant de moyens indispensables pour apprendre à vivre sans alcool.

Des molécules chimiques et des médicaments pour se libérer de l’alcool

Actuellement, les professionnels de santé référencent six molécules efficaces pour lutter contre une addiction à l’alcool. Parmi eux, nous pouvons citer le Baclofène, le Malméfène, la Naltrexone. Ces trois médicaments sont particulièrement utiles pour limiter une consommation d’alcool.
D’autres médicaments sont utilisés pour devenir abstinent. Parmi les médicaments utilisés à cet objectif, votre médecin peut prescrire de l’Oxybate de sodium, le Disulfirame, l’Acamproste.
Dans tous les cas, la prise de médicaments doit être étroitement surveillée par un médecin.

Comment arrêter de boire ?

Arrêter de boire, ne s’arrête pas après l’étape du sevrage. En effet pour soigner l’alcoolisme, le patient doit préparer et anticiper l’arrêt de sa consommation d’alcool post sevrage. Concrètement, le processus exige une réflexion totale de la part du patient.
Premièrement, le malade doit s’interroger sur le degré de sa motivation. Il n’existe pas de mauvaises raisons ou de meilleures raisons pour stopper une consommation d’alcool. Il faut en fait analyser celles qui vous encouragent et vous soutiennent à retrouver un équilibre de vie.
La seconde étape doit conduire la personne à prévoir les modifications nécessaires suite à sa nouvelle abstinence. Une impression de vide et une perte de repères peuvent apparaître pendant un traitement d’addiction. C’est toute la vie de la personne qui est modifiée : les fréquentations, les sorties et les centres d’intérêt changent. C’est le moment propice pour mener une réflexion profonde sur sa vie et sur ses attentes les plus intimes.

Arrêter l’alcool : seul ou avec un organisme ?

Bien sûr, vous pouvez choisir d’arrêter l’alcool seul sans l’aide de quiconque. Cependant, un accompagnement au sevrage est plus que conseillé. Le manque d’alcool au début d’un traitement d’addiction peut provoquer des troubles gênants allant jusqu’au delirium tremens. C’est pourquoi avant d’arrêter de boire de l’alcool, il est fortement recommandé de rencontrer un organisme spécialisé ou encore un professionnel en addictologie pour faire le bilan sur votre situation et dresser un protocole d’arrêt personnalisé.
Demander le soutien de vos proches est également une décision précieuse. En associant ce que vous aimez à votre nouvelle démarche, vous n’allez pas vous sentir seul dans cette épreuve. En fait, un entourage de la part de professionnels de santé et le soutien de vos proches aide à stopper l’alcool plus facilement.

Devenir abstinent : Une construction progressive

Devenir abstinent est une construction qui se fait jour après jour. C’est une démarche complexe à réaliser et chaque journée sans boire un verre d’alcool est une victoire sur vous-même. Arrêter l’alcool va vous permettre d’avoir un meilleur regard sur vous-même et sur la relation avec les gens qui comptent pour vous.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*